Accueil » Produits » DĂ©senfumage » Normes de dĂ©senfumage

Normes de désenfumage

Quel que soit le type de bâtiment concerné, les causes de décès lors d’un incendie sont dues, dans la grande majorité des cas, à l’inhalation des fumées et des gaz toxiques. C’est pourquoi le désenfumage fait l’objet d’une attention toute particulière de la part des différents acteurs
de la protection contre l’incendie.
Après de longues concertations, fabricants, organismes, laboratoires et autorités compétentes de tous les pays membres de l’espace européen se sont entendus pour harmoniser et adopter des règles sur des bases communes concernant les dispositifs de désenfumage naturel.

Une obligation déjà réglementée
En France, le désenfumage des locaux est rendu obligatoire par l’article R 235.4.8 du Code du travail. Il a pour mission d’éliminer les fumées et les gaz chauds et toxiques qui se
dégagent lors d’un incendie. L’évacuation des produits de combustion permet, entre autres :

  • d’amĂ©liorer la visibilitĂ©,
  • de rĂ©duire la concentration en gaz toxiques (CO, CO2, HCN…),
  • de rĂ©duire la tempĂ©rature et le flux de chaleur,
  • de conserver un taux d’oxygène acceptable,
  • de faciliter l’évacuation du personnel et l’intervention des services de secours.

Les systèmes de désenfumage font partie intégrante des équipements de sécurité principaux de lutte contre l’incendie. Il est donc essentiel que ces appareils puissent assurer parfaitement leur fonction lors d’un sinistre. On distingue principalement trois objets de désenfumage :

  • le dĂ©senfumage des grands volumes et des locaux de dimensions moyennes,
  • le dĂ©senfumage des circulations horizontales,
  • le dĂ©senfumage des escaliers.

Il existe plusieurs types de balayage des locaux suivant la nature des extractions et des entrées d’air (naturelle ou mécanique), parmi lesquels on retient :

  • le dĂ©senfumage naturel/naturel,
  • le dĂ©senfumage mĂ©canique/naturel,
  • le dĂ©senfumage naturel/mĂ©canique,
  • le dĂ©senfumage mĂ©canique/mĂ©canique.

Principe du désenfumage naturel
L’air chaud, moins dense que l’air froid, possède une prĂ©disposition Ă  s’élever et Ă  s’accumuler au
plafond, formant une superposition de couches d’air de tempĂ©ratures diffĂ©rentes, appelĂ©e stratification. Cette stratification est d’autant plus importante que les Ă©carts de tempĂ©rature entre le sol et le plafond du local incendiĂ© sont Ă©levĂ©s. C’est la raison principale pour laquelle les systèmes d’extraction sont gĂ©nĂ©ralement situĂ©s en partie haute d’une pièce et les dispositifs d’amenĂ©e d’air en partie basse.
Le désenfumage naturel consiste à extraire vers l’extérieur, par tirage naturel, l’air pollué par les produits de combustion (fumées, gaz toxiques…). A noter que ce principe d’extraction est plus particulièrement adapté pour les locaux disposés sur un même niveau. Trois éléments sont à prendre en considération dans les dispositifs de désenfumage naturel : les amenées d’air frais, les évacuations de fumées et les systèmes de commande. Les amenées d’air frais sont assurées par différents procédés, tels que les ouvertures en façade ou par l’intermédiaire de conduits raccordés à l’extérieur. L’évacuation des fumées est principalement effectuée par des dispositifs installés en toiture ou en façade des bâtiments. Quant aux systèmes de commande, ils peuvent être automatiques ou manuels.

DENFC : leur rôle, la nouvelle certification et les labos notifiés
Les dispositifs d’évacuation naturelle de fumée et de chaleur (DENFC) désignent les exutoires de fumées installés en toiture et les ouvrants de désenfumage situés en façade des bâtiments. Ils viennent en complément des produits et systèmes de compartimentage existants et ont pour fonction d’évacuer les fumées et les gaz de combustion avant qu’ils ne se propagent à l’ensemble du bâtiment. Tout en abaissant la température ambiante d’un volume par un apport d’air frais, ils réduisent la concentration des fumées et gaz toxiques et facilitent l’évacuation des personnes et l’intervention des services de secours.
Depuis le 1er janvier 2007, tous les dispositifs d’évacuation naturelle de fumée et de chaleur doivent faire l’objet d’un marquage CE, afin de justifier de leur conformité au regard de la Directive Produits de la Construction (DPC). Ce marquage réglementaire a pour but d’harmoniser les réglementations techniques nationales et de faciliter la libre circulation des produits au sein de l’espace économique européen, tout en conservant la liberté de chaque Etat membre de réglementer les ouvrages sur leur propre territoire. De ce fait, chaque Etat a à se prononcer sur les classes de performances minimales qu’il souhaite voir appliquer pour ses produits sur son territoire.
En France, ce sont les laboratoires CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) et CTICM (Centre Technique et Industriel de la Construction Métallique) qui sont chargés, par le ministère de l’Équipement, des Transports, de l’Aménagement du Territoire, du Tourisme et de la Mer, des essais et de l’audit concernant la certification des DENFC.

La marque NF
Appartenant à l’AFNOR (Association Française de Normalisation), la marque NF est une marque de certification de produits attestant de leur conformité aux normes françaises, européennes et internationales. Elle fixe l’organisation générale et les conditions d’usage de la marque.
La norme de rĂ©fĂ©rence pour la certification CE des DENFC est la NF EN 12101-2. ApposĂ© sur ces dispositifs, ce marquage indique que le matĂ©riel a Ă©tĂ© testĂ© dans un laboratoire notifiĂ© et est conforme aux normes et rĂ©glementations qui lui sont applicables. Elle garantit ainsi la conformitĂ© d’utilisation et les performances imposĂ©es aux produits. Il est enfin Ă  noter que seuls les fabricants et leurs distributeurs autorisĂ©s Ă  revendre sous la marque du fabricant, sans avoir modifiĂ© les caractĂ©ristiques certifiĂ©es de leurs produits, peuvent obtenir la marque NF.